Demain s’arrête

Image

Aux premiers jours de la fin du temps, au bas du volcan,

nous sautillons dans le champ de lave,

la terre se dérobe sous nos pieds, nous avons tant creusé,

nous vacillons au bord du trou, nous entamons la chute,

courte et sèche,

l’impact sans appel.

Aux premiers jours de la fin d’un monde, noyés par la sécheresse,

nous allons manquer d’air, nous allons manquer d’aire,

nous avons manqué l’ère,

obscène anthropocène,

nous avons cassé le jouet, nous avons mal joué,

parié à perte,

l’avenir engagé.

Aux premiers jours de la fin de la vie, lente agonie,

quelques décennies de souffrance,

dans l’illusion par perfusion, artificiels comas,

déliquescence glutineuse de biscuit détrempé pour nous réhydrater,

tremblants moutons sucrant les fraises,

filets de souffle derrière les plaintes,

nous glissons sous les portes, petites poussières de chair.

Au premier jour de la fin des jours,

dernier sursaut sans reculer,

nous voyons s’absenter le ciel,

nous sombrons vers la surface, naufragés par terre,

nous entrons dans la fin de l’histoire,

une veille sans lendemain,

trépassés par la case du grand départ,

fenêtre de tir brisée,

l’immonde que nous avons construit, échoué dans le vide,

l’écueil de rien, vacuité en vacance, déshérence du vain.

Fini,

c’est fini, presque fini,

c’est déjà là tout prés, le bout du chemin,

nous allons être révolus, obsolètes programmés,

il n’y aura pas d’après, pas d’ensuite, pas d’en arrière,

le déclin ne se remonte pas,

nous ne pouvons tomber que vers le bas,

mis à l’arrêt. Fin.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s